Manipulation du prix de l’or

Pour être franc, je ne m’attendais pas à une réaction pareille du marché. Le cours de l’or aurait pu grimper encore un peu, du moins jusqu’à ce que le sentiment devienne franchement euphorique. Certains analystes ont vu dans cette correction une intervention du cartel de l’or, prêt à tout pour défendre le seuil symbolique des $1000. Manipuler le prix de l’or sur le court terme n’est pas très difficile, du moment qu’une banque centrale est d’accord de prêter ses lingots dans l’opération. Je rappelle le principe de l’opération :
1) Une banque d’affaire complice emprunte de l’or à une banque centrale complice (dans cet exemple de l’or américain) et le vend directement sur le marché, à des seuils de retournement clé pour l’or.
2) Pour casser la hausse en cours, vendre massivement sur la MM50 jours.
3) Une fois tous les ordres de vente de protection déclenchés, le cours de l’or rejoint une moyenne mobile de long terme, par exemple la MMexp200jours.

A cet endroit, sachant que de nombreux professionnels et autres grosses mains se tiennent embusqués, la banque d’affaire rachète ses lingots sur le
marché. Cela fait grimper les cours, mais habituellement l’opération se solde par un bénéfice.
Cet aller-retour des lingots de Fort Knox sur le marché aura servi à casser la hausse du cours de l’or, gagner du temps, et surtout : déprimer le marché. Mais sur le long terme, le cartel ne peut rien faire contre la tendance de fond. Alors, y a-t-il conspiration ou non ? La question n’est pas vraiment déterminante pour nous. S’il y a conspiration, elle n’aura pas réussi à empêcher l’or de passer de $252 à $1030, elle aura juste ralentit le rythme de la hausse. Pour ma part, je préfère ne pas prendre position sur ce sujet sensible, sachant que le cartel n’a de toute façon aucune chance de gagner la lutte contre les forces du marché. Il peut tout au plus gagner du temps, afin de permettre au dollar de chuter de façon ordonnée, plutôt que d’être vendu massivement dans une panique générale.

Nous nous dirigeons vers un effondrement de l’économie américaine et du système bancaire américain. Les Etats-Unis font face à quatre problèmes majeurs : le déficit budgétaire, le déficit commercial, la dette des ménages (principalement dans l’immobilier), et les risques de faillites bancaires. Tous ces problèmes pointent vers la même solution : l’inflation monétaire. La hausse des prix commence à peser lourdement sur le pouvoir d’achat (surtout aux USA), et les rendements sur les obligations à court et à long terme commencent à grimper, en réponse à la hausse des prix. Si la Fed se voit forcée de hausser les taux directeurs, il faudra s’attendre à de nouveaux risques de faillites. La Fed devra sans doute prendre de nouvelles mesures non conventionnelles pour venir à la rescousse du système (monétisation de la dette). Nous pourrions alors assister à une forte récession inflationniste, voire une dépression inflationniste. L’économiste John Williams penche même en faveur d’une Grande Dépression hyperinflationniste aux USA, d’ici 2010 ou 2018.
En conclusion, il faut voir la baisse de l’or depuis les $1000 comme une simple correction « technique », et non comme un sujet d’inquiétude. La moyenne mobile de plus long terme à 325 jours se tient aujourd’hui à $774. L’or pourrait même corriger jusqu’à cette moyenne mobile, sans que le marché haussier ne soit remis en cause. Notre risque de baisse maximum est donc aujourd’hui de -16,2%. Mais ce scénario est à mon avis très peu probable, étant donné l’environnement actuel très haussier pour l’or. Le risque maximal se limite selon moi à un nouveau retour jusqu’à la moyenne mobile à 200 jours, donc -9%.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *