Quatre variables de base

Les quatre variables de base utilisées par Vincent Baron

Les quatre variables principales parmi six possibles seront présentées succinctement ici ; une analyse plus complète et détaillée sera présentée dans notre ouvrage commun dont la sortie est prévue prochainement, en même temps d’ailleurs que l’autre document de référence “Comment défiscaliser dans les règles de l’art”. Remarque importante : chacune de ces quatre variables correspond à une notion économique fondamentale, basique et bien identifiée : les volumes anormaux sont la variable quantité ; la volatilité du cours est la variable prix ; le sens et la vitesse des échanges aux dernières transactions peuvent être assimilés à la force (relative) de la demande d’un bien économique (sens des échanges) et la vitesse de circulation monétaire (vitesse des échanges) ; la double rupture haussière ou baissière du cours de la clôture de la veille et du cours de l’ouverture de la séance, correspond tout simplement au support ou à la résistance chartiste de très court terme. C’est aussi difficile à maîtriser que de savoir .

– Les volumes anormaux

C’est la première variable retenue par Vincent : l’importance des volumes par rapport aux X dernières séances va l’inciter ou non à prendre position ; il va chercher cette information en temps réel sur l’une des deux plateformes trading à sa disposition (www.prorealtime.com; www.absysteme.com).

Plus important finalement que le décalage de prix qui peut être un piège surtout à l’ouverture de séance, ce sont les volumes qui vont accroître l’amplitude du mouvement et le prolonger un peu dans la durée en intraday ; ils sont donc le signal de force pertinent ; les volumes sont le carburant indispensable au décollage du cours ils doivent donc être massifs, anormaux, exceptionnels ; s’ils sont bien là c’est une forte incitation à la prise de position immédiate au moins pour voir ?

Cette surpondération de la variable volumes échangés par Vincent Baron, s’explique par les contraintes spécifiques de son approche trading intraday de following trend à TCT ; il a besoin de mouvements haussiers ou baissiers violents, provoquant une forte volatilité et des décalages de prix de forte amplitude ; seuls des échanges volumineux et anormaux au carnet vont lui permettrent de prendre rapidement une partie de cette volatilité ; sa logique d’intervention est une prise de position en « one shot intraday 1» et un « hit and run2» opportuniste, qui minimise son exposition au marché et protège le capital au maximum.

La seconde raison est prudentielle : avant même de prendre position Vincent va se demander si le carnet est assez liquide pour être exécuté à un certain niveau de prix, mais surtout il va anticiper sa sortie du carnet au moment du débouclage long ou short : la vente ou le rachat va-t-il pouvoir se passer dans de bonnes conditions ? Existe-t-il une contrepartie suffisante pour absorber les titres, sans trop impacter le cours à la hausse ou à la baisse ? Vais-je faire le cours tout seul par manque de volumes ou de liquidité ?

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *